Imam Mohammad Taqi (as)

IMAM AL-MOHAMMAD AT'TAQI A.S.

 

imam al-mohammad at'taqi

   L'Imâm Al-Mohammad-At'Taqi , parfois nommé Al-Jawad est le fils du huitième Imâm et Khayzourane qui appartenait à la même famille que Maria Coptya (marie la copte) l'une des femmes du Saint prophète Mohammed.

 I1 est né le 10 Radjab de l'an 195 de l'Hégire à Médine et selon des traditions des Chi’ites,se martyrisa en 220 de l'Hégire , empoisonné par sa femme, la fille de Ma'moun, sur l'instigation du calife Abbasside Mu'tasim.

   Il fut enterré aux côtés de son grand-père, le septième Imâm, à Kâzimayn. L'Imâm Al-Jawad vécut sous l'Imâmat de son père durant 7 années puis il devint Imâm des Musulmans à son tour  sur l'ordre divin . L'un des grands oncles de l'Imâm Al-Jawad s'appelait Ali fils de  Dja'ffar respectait beaucoup à son neveu malgré leur très grande différence d'âge.

   Il  n'osait jamais s'asseoir avant l'Imâm et lorsque certains de ses proches lui reprochait ce comportement incompréhensible chez les arabes, il leur répliquait : Dieu lui a donné le poste de l'Imâmat, c'est à nous de lui obéir!

   Au moment de le  martyre de son père, il fut à Médine. Ma'moun l'appela à Bagdad (la capitale du califat) .Il donna même sa fille en mariage à l'Imâm et le garda à Bagdad. En réalité, il voulait de cette manière exercer une  surveillance sur l'Imâm, à la fois de l'extérieur et de l'intérieur de sa famille.

    L'Imâm passa quelques temps à Bagdad .Avec le consentement de Ma'moun, repartit à Médine où il resta jusqu'à la mort de Ma'moun. Quand Mu'tasim devint calife, il appela l'Imâm à Bagdad et comme on l'a dit, il fut empoisonné l'Imâm par sa femme.

 

imam al-mohammad at'taqi

 

LA MORALE DE L'IMAM

 

   L'Imâm avait une forte personnalité que tous ses interlocuteurs respectaient beaucoup à lui.U jour Ma'moun passa avec son escorte .Il regardait les enfants qui jouaient.Tous les enfants se sont enfuis excepté l'Imâm. Ma'moun le regarda avec intérêt et lui dit:

Pourquoi ne t'es-tu pas enfui comme les autres enfants ?

L'Imâm  répondit :Le chemin n'est pas si étroit pour que je sois obligé de le libérer pour vous et je n'ai rien commis pour que vous me punisse. C'est pour celaque je n'ai pas bougé.

 Ma'moun s'est étonné de la logique de cet enfant et lui demanda comment il s'appelait.

 L'Imâm répondit : Je m'appelle Mohammad fils d' Ali Ar'Riza !
   Lorsque le Calife empoisonna le huitième Imâm, les Musulmans accusèrent directement  Ma'moun comme l'instigateur de ce crime.  Ma'moun donna sa fille au neuvième Imâm pour deux causes:      

1-Apriser les doutes de Musulmans  sur le meurtre de l'Imâm-Ar'Riza.

2-contrôlerl'Imâm.

   Lorsque les princes Abbassides apprirent cette nouvelle, ils craignirent que le pouvoir  s'échappe de leurs mains et essayèrent de  changer l'avis de  Ma'moun.

   Ma'moun leur dit des causes de cette décision  mais les princes n'acceptèrent parce que l'Imâm était   jeune  et serait inapte envers les responsabilités familiales.Pour résoudre ce problèm, Ma'moun convoqua tous les notables Abbassides, les savants de l'époque et  l'Imam Al-Jawad. Parmi ces  personnes figurait Yahya fils d'Akhtam qui était une grande figure scientifique et également juge.
Yahya fils d'Akhtam lui posa cette question :

Que dis-tu concernant un croyant en état de la Sacralisation qui a tué un animal ?

L'Imâm répondit : A-t-il tué cet animal hors du lieu sacré ou dedans ? Connaissait-il l'interdiction de tuer l'animal ou non ? L'a-t-il tué par accident ou  exprès ? L'Homme est-il libre ou esclave ? Est-il petit ou grand ? Est-ce la première fois ou est-ce une récidive ? L'animal était-ce une volaille ou autre ? Etait-il petit ou grand ? L'homme regrette-t-il son acte ou non ? Etait-ce durant la nuit dans son nid ou la journée hors de son nid ?

   Yahya  fut tellement gêné par ces détails auxquels il n’avait pas penséi. Les gens présents étaient comme des écoliers lorsque l'Imâm réponditabsolument  toutescesquestions. 

Les notables et les savants quittèrent le palais avec  les visages noircis.Quelques temps après,  Ma'moun  mourut d'une gave maladie et son frère  Mu'tassim devint Calife. 

 

imam al-mohammad at'taqi

 

 

LE MARTYRE DE L'IMAM

 

   Mu'tassim était aussi mauvais que son frère.Il ordonna à son neveu Ja'ffar de faire mourir l'Imâm et il  commanda à sa soeur d'empoisonner son mari. Ce qu'elle fit.Cet acte diabolique eut lieu le 26 Zoul Hidjah de l'an 220 de l'Hégire.

QUELQUES PAROLES DE L'IMAM

 

-La dignité d'un croyant est son indépendance des autres (matérielle).
-Le croyant a besoin de 3 qualités :

-la bonne orientation de Dieu.

-L' exhortation de soi-même.

-l'acceptation des conseils.


L'Imam Mohammad Ibn Ali at-Taqi, parfois nommé al-Djawâd ou Ibn al-Rizâ est le fils du huitième Imam. I1 est né en 195/809 à Médine et, selon des traditions chi’ites, est mort martyr en 220/835, empoisonné par sa femme, la fille de Ma'mûn, sur l'instigation du calife Abbasside Mu'tasim. Il fut enterré aux côtés de son grand-père, le septième Imam, à Kâzimayn. Il devint Imam après la mort de son père, sur Ordze divin et par décret de ses prédécesseurs. Au moment de la mort de son père, il était à Médine. Ma'mûn l'appela à Bagdad qui était alors la capitale du califat et lui manifesta extérieurement beaucoup de bienveillance. Il donna même sa fille en mariage à l'Imam et le garda à Bagdad. En réalité, il voulait de cette manière exercer une étroite surveillance sur l'Imam, à la fois de l'extérieur et de l'intérieur de sa famille. L'Imam passa quelques temps à Bagdad et puis, avec le consentement de Ma'mûn, repartit pour Médine où il resta jusqu'à la mort de Ma'mûn. Quand Mu'tasim devint calife, il appela l'Imam à Bagdad, et comme on l'a dit plus haut, le fit empoisonner par sa femme.


SON ENFANCE
L'Imam Mohammed ibn Ali dit al Jawad(as) est né le 10 Rajab de l'an 195 de l'Hégire, son père était l'Imam ar-Ridza(as) et sa mère se nommait Khayzourane, elle appartenait à la même famille que Maria Coptya (marie la copte) l'une des femmes du Saint prophète Mohammed(sas).
L'Imam al Jawad(as) vécut sous l'Imamat de son père durant 7 années puis il devint Imam des musulmans à son tour. Il était très jeune et dut néanmoins supporter la direction spirituelle et légale de la communauté, il avait également comme surnom at-Taqui(le pieu).
Il continua cette direction spirituelle avec brillance, ce qui démontre l'aptitude à ce rang aux Imams d'Ahloul Bayt même s’ils sont très jeunes.
Avant de partir pour Marrou, la capitale du Calife al Ma'moune, l'Imam ar-Ridza(as) avait pris soin de désigner son fils Mohammed comme prochain Imam. L'Imam ar-Ridza(as) l'avait cependant déjà fait 3 ans auparavant selon ce qui est rapporté par Safwan ibn Yahia.
L'un des grands oncles de l'Imam al Jawad(as) s'appelait Ali ibn Ja'far, cet homme âgé vouait le plus grand respect à son neveu malgré leur très grande différence d'âge.
Ali ibn Ja'far n'osait jamais s'asseoir avant que l'Imam(as) ne soit assis et lorsque certains de ses proches lui reprochèrent ce comportement incompréhensible chez les arabes, il leur répliqua :
"Allah lui a donné le poste de l'Imamat, c'est à nous de lui obéir !"

LA MORALE DE L'IMAM(as)
Malgré son très jeune âge, l'Imam(as) avait une forte personnalité qui suscitait chez tous ses interlocuteurs le plus grand respect et la plus haute considération.
Un jour, et alors qu'il regardait d'autres enfants jouer, le Calife al Ma'moune passa avec son escorte.
Tous les enfants s'enfuirent excepté le futur Imam al Jawad(as).
Al Ma'moune le regarda avec intérêt et lui dit :
"Pourquoi ne t'es-tu pas enfui comme les autres gosses ?"
L'Imam al Jawad(as) répondit :
"Le chemin n'est pas si étroit pour que je sois obligé de le libérer pour vous et je n'ai rien commis qui mérite une sanction. Je pense que vous raisonnez assez pour ne pas me punir si je ne le mérite pas. C'est pour cela que je n'ai pas bougé."
Al Ma'moune fut très intrigué de la logique d'un si jeune enfant et lui demanda comment il s'appelait. L'Imam(as) répondit : "Je m'appelle Mohammed ibn Ali ar-Ridza !"
Al Ma'moune dut très certainement se rendre compte de la personnalité rare de l'Imam(as) fidèle à celle de son père l'Imam ar-Ridza(as).
Plus tard, lorsque le Calife empoisonna son père, les musulmans sincères accusèrent directement al Ma'moune comme instigateur de ce crime. Al Ma'moune se rendant compte du risque que cela comportait décida un acte par lequel il obtiendrait 2 choses.
La première chose serait d'apaiser les doutes et les soupçons à son encontre sur le meurtre de l'Imam ar-Ridza(as). La deuxième chose serait de pouvoir contrôler de près l'Imam al Jawad(as).
Pour ce faire, il prit la décision de donner sa fille Oum al Fadhl en mariage à l'Imam al Jawad(as).
Lorsque les princes Abbassides apprirent cette nouvelle, ils craignirent que le pouvoir ne s'échappe de leurs mains et essayèrent de faire changer al Ma'moune d'avis. Al Ma'moune leur fit par des réels objectifs de cette décision, mais les princes à court d'arguments donnèrent le motif du jeune âge de l'Imam(as) qui trop jeune serait inapte envers les responsabilités familiales. Alors al Ma'moune saisit l'occasion de les faire taire définitivement puisque ce dernier connaissait pertinemment le degré de maturité d'al Jawad(as). Il convoqua tous les notables Abbasside, les savants de l'époque et bien sûr l'Imam al Jawad(as).
Parmi ses personnalités présentes figurait Yahia ibn Akhtam qui était une grande figure scientifico- juridique et également juge(Hakim).
Yahia ibn Akhtam lui posa la question :
"Que dis-tu concernant un croyant en état d'Ihram(sacralisation) qui aurait tué un animal ?"


L'Imam(as) répondit : "A-t-il tué cet animal hors du lieu sacré ou dedans ? Connaissait-il l'interdiction de tuer l'animal ou non ? L'a-t-il tué par accident ou bien exprès ? L'Homme est-il libre ou esclave ? Est-il petit ou grand ? Est-ce la première fois ou est-ce une récidive ? L'animal était-ce une volaille ou autre ? Etait-il petit ou grand ? L'homme regrette-t-il son acte ou non ? Etais-ce durant la nuit dans son nid ou la journée hors de son nid ? L'Ihram était-il fait pour la Oumra(petit pèlerinage) ou al Hajj(grand pèlerinage) ?
Yahia ibn Akhtam fut tellement gêné par ces détails auxquels il n’avait pas pensé qu'il se sentit malmené et avili. Les gens présents restèrent comme des écoliers lorsque l'Imam(as) tenu absolument à répondre lui-même à toutes ces questions.
Sur cette démonstration de Sciences de l'Imam al Jawad(as), les notables et les savants quittèrent le palais la tête base et le visage noircis.
Quelques temps après, al Ma'moune mourut d'une gave maladie et son frère al Mou'tassim devint Calife. 

MORT DE L'IMAM(as)
Al Mou'tassim était aussi mauvais que son frère mais beaucoup moins calculateur et stratège. Il ne voulut pas perdre de temps avec une telle menace à son pouvoir illégitime qu'était l'Imam al Jawad(as) et les Ahloul Bayt en général.
Il ordonna à son neveu Ja'far de faire mourir l'Imam(as) et ce dernier commanda à sa soeur d'empoisonner son mari de la même manière que l'avait été l'Imam ar-Ridza(as) ce qu'elle fit.
Cet acte diabolique eut lieu le 26 Dzoul Hijjah de l'an 220 de l'Hégire.


QUELQUES PAROLES DE L'IMAM AL JAWAD(as)

-La dignité d'un croyant réside dans son indépendance des autres (matérielle).
-Le croyant a besoin de 3 qualités :
-la bonne orientation d'Allah.
-Une exhortation de soi-même.
-l'acceptation des conseils.
-Le jour de la Justice est plus dur pour l'injuste que le jour l'injustice pour l'opprimé.
-L'adorateur n'obtient jamais la plénitude et la vérité de la foi tant que sa religion n'influe pas sur ses propres désirs.

Quelques Hadiths de l’Imam Al-Jawãd

prière

Homme et Dieu

قالَ الامام الجواد علیه السلام

مَن وثقَِِ بالله أراهُ السروُرَ وَ مَن توَکل عَلََی الله کَفاهُ الاُمُورَ

L’Imam Al-Jawãd, les bénédictions de Dieu soient sur lui, a dit:

"Chacun qui a confiance en Dieu, Dieu lui accorde la gaieté et celui qui s’en remet à Dieu obtient l’appui de Dieu et n’a pas besoin d’autrui."

Bihãr Ul-Anwãr/Vol.78/P.79

 

 

Le croyant

قالَ الامام الجواد علیه السلام

المومِنُ یَحتاجُ اِلی ثَلاثِ خِصال: تَوفیق مِن الله، وَ واعِظ مِن نَفسِه ِ، و قَبول مِمّن  یَنصَحُهُ

L’Imam Al-Jawãd, les bénédictions de Dieu soient sur lui, a dit:

"Le croyant doit avoir trois qualités: être dans les bonnes grâces de Dieu, être un bon conseiller pour lui-même et accepter les paroles de la personne qui le conseille."

    Muntahi Ul-Amal/Vol.2/P.544

 

 

La vie conjugale

mariage

 

قالَ الامام الجواد علیه السلام

مَن خَطَبَ اِلَیکّم فَرَضیتّم دینَهّ وَ اَمانَتَهّ ( کائنا مَن کانَ ) فَزَوّجُوهُ

L’Imam Al-Jawãd, les bénédictions de Dieu soient sur lui, a dit:

"Si un homme vous demande la permission de se marier avec votre fille et que vous soyez sûr qu’il est pieux et conserve les dépôts; acceptez sa demande."

Man Lã Yahzueuh Ul-Faquih/Vol.3/P.393


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Quran Explorer - Interactive Audio Recitations & Translations

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site