Hadith Imam al Askari as

بسم الله الرحمن الرحیم

Hadith Imam Hassan Asgari as:

Les 5 signes du Croyant:

  • a une bague (en agathe) sur le doigt droit.
  • accomplit 51 rakat de prière quotidienne. (17 obligatoires; 34 recommandés)
  • prononce à haute voix le nom de Dieu: "Bismillah hir rahmanir rahim".
  • se prosterne sur de la terre (de Karbala).
  • réciter le "ziarat arbain" (prière de salutation 40e jour martyr Imam Hussein as).

Celui qui obéit aux recommandations de Dieu a le pouvoir de contrôler toute chose. Bihar 68:184

Le mensonge est la clef de la maison contenant toutes les cruautés.

Ne vous battez pas, votre honneur s'en ira. (Tohful oqul page 516)

imam al-’askari

قال الامام الحسن العسکری علیه السلام:

خِصلَتانِ لَیسَ فَوقَهما شَی الایمانُ بِاللهِ وَ نَفعُ الاخوانِ.

Imam Al-’Askari, les bénédictions de Dieu soient sur fui, a dit :

Les meilleures qualités sont au nombre de deux: Croire en Dieu et favoriser les frères (les croyant(e)s).

Bihiãr Ul-Anvãr/ Vol. 17/ P. 218

imam al-’askari

قال الامام الحسن العسکری علیه السلام:

عّلماءُ شیعتِنا مرابطونَ فی الثغر فَمَن انتصب لِذالِکَ مِن شیعَتِنا کانَ اَفضَلَ ممَن جَاهَدَ الرومَ ... لانه یدفَعُ عَن ادیانِ محبینا.

Imam Al-’Askari, les bénédictions de Dieu soient sur fui, a dit :

Les oulémas de nos chiites sont les gardiens des frontières de la religion musulmane. Ainsi, celui de nos adeptes qui assume la responsabilité de ce devoir est supérieur à un combattant qui participe à une guerre Sainte contre les ennemis de Dieu... car il défend les croyances de nos adeptes et de nos amis.

Al-Ihitijãj/Vol.2/P. 155

mensonge

قال الامام الحسن العسکری علیه السلام:

جُعِلَت ِ الخبائثُ فی بَیت و جعل مفتاحه الکذبَ.

Imam Al-’Askari, les bénédictions de Dieu soient sur fui, a dit :

 II existe (potentiellement) de la méchanceté dans toute maison et la clef de la méchanceté est le mensonge (c’est-à-dire: quand on ment, cela cause toutes sortes de méchanceté et de péchés dans la maison).

Bihiãr Ul-Anvãr/ Vol. 72/ P. 263

L’Imâm al-Hassan Ibn ‘Alî al-‘Askarî (p):
Sa méthode d’éduquer ses partisans les Chiites et ses compagnons

Les attitudes de certains Chiites face aux Imâm (p)

 

Il existe un problème que posent certains Hadîth qui laissent entendre, comme c’était le cas pour d’autres Imâms, que certains individus émettaient des doutes au sujet de l’Imâm al-‘Askarî (p) : ils reconnaissaient certains imâms et refusaient de reconnaître les autres. Ils étaient connus sous le nom des Wâqifa (ceux qui se bornent). En raison de la mentalité peu morale de certains individus qui s’écartaient de la ligne droite et de l’histoire -et l’histoire se répète toujours en cette matière- le milieu chiite de l’époque était soumis à d’innombrables influences qui affectaient même la question de l’Imâmat. Certains fidèles ont donc écrit à l’Imâm al-‘Askarî (p) pour le mettre au courant de ce phénomène et, en réponse, il leur a écrit la lettre suivante : « Dieu a adressé Ses paroles à ceux qui sont sensés. Il n’a pas adressé Ses paroles à ceux qui ne sont pas sensés car ils ne sont pas ouverts aux paroles de Dieu. ((Dieu leur a posé un seau sur le cœur et sur l’ouie, une taie sur les regards ; ils vont un châtiment terrible)) (Coran II, 7). Les gens sont, dans leur manière de me percevoir, de différentes sortes : Ceux qui ont de la clairvoyance sur la voie du Salut. Il y a ceux qui ont de la clairvoyance dans la raison, dans le cœur et dans l’esprit dans le but de retrouver le Salut lorsqu’ils seront conduits devant Dieu. Ils sont ceux qui agissent à partir de preuves et d’arguments et qui les recherches. Lorsqu’ils les retrouvent dans les profondeurs de leurs âmes, ils s’ouvrent alors à la vérité. Ils sont attachés, loin du doute et de l’incertitude, à la vérité, à la branche issue de la souche. Ils ne trouvent que moi comme abri. Perdus, et désorientés, ils se dirigent vers moi car ils savent que c’est chez moi qu’ils trouveront la vérité et la bonne direction. Et ceux qui n’ont pas reçu le vrai de la part de ceux qui le possèdent. Ils ont reçu la connaissance de la part de ceux qui ne la possèdent pas. Ceux-là on les retrouve partout parmi ceux qui ont l’accoutrement des savants mais qui n’ont pas la profondeur, la méthode et le statut des savants. Ils sont semblables à celui qui prend la mer et qui s’agite lorsqu’elle s’agite et se calme lorsqu’elle se calme. Ils n’ont pas de règle à suivre, ni une terre ferme où s’appuyer. C’est à leur sujet que le poète a dit :

 

« Lorsque le vent suit une direction, ils suivent la direction du vent ».

 Ceux-là sont les égarés. Il y a ceux qui sont sous l’emprise du Diable. Ils ne font que s’opposer à ceux de la vérité

 

 

 . Ils sont complexés et ils prennent leurs complexes psychologiques comme principes. Guidés par l’envie, ils repoussent le vrai par le faux. Très nombreux sont ceux dont les âmes sont envahies par l’envie qui détermine leurs conduites et leurs comportements. Laisse donc ceux qui virent à droite et à gauche. Lorsque le pasteur veut rassembler ses brebis, il le fait sans le moindre effort. Garde-toi de divulguer nos secrets et évite de rechercher le commandement, car l’une et l’autre conduisent à la perte ».

 

Une partie des partisans de l’Imâm al-‘Askarî (p) étaient en désaccord à son sujet. Voyez comment l’Imâm (p) était en proie à l’amertume que lui causaient ceux qui l’entouraient parmi ceux qu’on comptait parmi les partisans des Gens de la Maison (p). Il a écrit à ce propos : « Aucun de mes père n’a éprouvé ce que j’éprouve en raison du doute de ce groupe à mon sujet. S’il s’agit de quelque chose auquel vous avez cru et que vous avez adopté pour un certain moment, il y a alors lieu de douter. Mais s’il s’agit de quelque chose de conséquent et de conforme à l’enseignement de Dieu, il n’y alors plus lieu de douter ».

 

L’Imâm (p) a donné à ses partisans la recommandation suivante (la recommandation fait partie intégrante de la ligne islamique, car le Chiisme n’est pas un surplus ajouté à l’Islam, mais plutôt la ligne authentique de l’Islam) : « Je vous recommande de craindre Dieu, de s’attacher à la piété dans le culte, de faire de l’effort dans la voie de Dieu, d’avoir la parole sincère, de rendre le dépôt à l’ayant droit qu’ils soit bon ou pervers, de prolonger la prosternation et d’être bons avec vos voisins, car c’est cela la religion apportée par Muhammad (P). Ayez de bonnes relations avec ceux qui vous entourent en priant dans leurs mosquées, en assistant à leurs funérailles, en visitant leurs malades et en leur rendant ce que vous leur devez, car en agissant de la sorte, en étant pieux, sincères et droits pour ce qui est du dépôt, les gens diront à votre compte que vous êtes Chiites. Cela me fait plaisir. Craignez Dieu et soyez quelque chose qui nous embellit et non pas quelque chose qui nous nous rend enlaidit. Repoussez loin de nous tout ce qui est laid. Ce qu’on dit de beau à notre compte, nous le méritons, et ce qu’on dit de laid à notre compte est faux. Notre droit est fixé par le Livre de Dieu, nous sommes proches du Messager de Dieu et nous sommes purifiés par Dieu. Quiconque le prétendrait en dehors de nous n’est qu’un menteur ».

 

Cette recommandation est rapportée aussi de l’Imâm as-Sâdiq (p) mais avec certains changements textuels.

 

C’est donc la recommandation de l’Imâm (p). Sommes-nous attachés à la mettre en application ? Elle représente la ligne islamique dans le domaine de la dévotion, dans le domaine de la conduite sociale qui rend l’homme un homme de bien pour toute sa société, que ce soit pour ceux qui suivent la même ligne que lui ou pour ceux qui ne la suivent pas. C’est de cette manière que l’homme peut embellir ceux à qui il appartient et non pas les enlaidir. C’est la voie du Messager de Dieu (P) au sujet duquel Dieu a dit : ((Tu es d’un caractère élevé)) (Coran LXVIII, 4). Et :

((Tu as été doux à leur égard par une miséricorde de Dieu. Si tu avais été rude et dur de cœur, ils se seraient séparés de toi)) (Coran III, 159). Evoquez Dieu sans cesse pour assurer la présence de la foi vivante dans vos raisons et vos cœurs, car en évoquant Dieu, vous vous vous rappelez de vous-mêmes et de vos responsabilités, et si vous oubliez Dieu, vous vous oubliez vous-mêmes : ((Ne soyez pas comme ceux qui ont oublié Dieu ; Il les a fait s’oublier eux-mêmes)) (Coran LIX, 19). Récitez le Coran et priez sur le Prophète, car la prière sur le Messager de Dieu équivaut à dix bonnes œuvres. Retenez ce que je vous ai recommandé. Je vous laisse sous la garde de Dieu. Que la paix soit sur vous ! ». Et sur toi, ô toi, l’Imâm pur et pieux !

 

L’Imâm al-‘Askarî (p) a dit enfin au sujet de ceux qui regardent à la légère certains péchés : « Qu’un homme dise : ‘Pourvu que ne me sois reproché que cela, fait partie des péchés impardonnables ». L’imâm (p) a dit aussi ! « Evitez les péchés mineurs : Ils se réunissent et deviennent majeurs ». Et aussi : « La tendance des hommes à associer à Dieu est imperceptible comme le bruit des pas des fourmis sur une étoffe noire au milieu de la nuit sombre ». Cela veut dire que beaucoup d’hommes associent d’autres divinités à Dieu sans s’en rendre compte lorsqu’ils se mettent à rechercher à plaire aux gens plutôt qu’à Dieu. Ils agissent afin d’attirer les faveurs des hommes au lieu de le faire afin de se rapprocher de Dieu. On lit dans la biographie de l’Imâm (p) qu’étant tombé malade, il a reçu de la part du pouvoir beaucoup de médecins pour le soigner. Mais il a fini par mourir et, pour ne pas être accusé de l’avoir tué, le calife a envoyé des savants et des juges pour témoigner qu’il était mort de sa belle mort. Les historiographes affirment qu’à l’annonce de sa mort, un grand bruit s’est fait entendre dans toute la ville de Samarra’ et tous les habitants ont participé à ses funérailles. Le calife a envoyé chercher pour savoir s’il avait des enfants. Afin de s’assurer de l’interruption de l’Imâmat par sa mort, on a même examiné ses concubines pour être sûr qu’aucune d’elles n’était pas enceinte. Dieu, à Lui la Grandeur et la Gloire, avait, à Sa manière, caché l’enfant, Son ami, attendu par le monde et qui remplira la terre de justice et d’équité après avoir été remplie d’injustice et d’iniquité. Que les bénédictions de Dieu soient sur l’Imâm al-Hassan al-‘Askarî, sur ses pères et sur ses descendants. Nous invoquons Dieu de nous faire profiter de sa grâce et de la grâce de ses pères et de nous combler de leur intercession, ((Le jour où ni les richesses, ni les enfants ne seront utiles, sauf pour ceux qui iront à Dieu avec un cœur pur)) (Coran XXVI, 88-89).

اللهم صل علی محمد و ال محمد عجل فرجهم والعن اعدائهم

3 votes. Moyenne 3.33 sur 5.

Quran Explorer - Interactive Audio Recitations & Translations

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site