L' hypertension

DEFINITION:
1 - Généralités

L’hypertension artérielle est définie comme une élévation de la pression du sang dans les artères, par rapport à une valeur dite “normale”, établie par de nombreux comités scientifiques à travers le monde.

L’unité de pression actuellement établie est le millimètre de mercure (mmHg), tant que le mercure n’a pas disparu du matériel de mesure de pression artérielle. (remplacement du mercure prévu par la commission sanitaire européenne).

2 - Pressions artérielles minimales et maximales (diastolique et systolique)

La pression artérielle se décompose classiquement en pression artérielle maximale (systolique) et minimale (diastolique). Pour cette raison, la lecture de la pression artérielle se fait toujours à l’aide de 2 chiffres, la pression artérielle systolique et diastolique: par exemple 12/7 signifie 120 millimètres de Mercure pour la pression artérielle maximale (systolique) et 70 millimètres de Mercure pour la pression artérielle minimale (diastolique).

3 - Au-delà de 14/9, un sujet est hypertendu

Actuellement, la valeur de pression artérielle à partir de laquelle est définie l’hypertension artérielle est de 140 millimètres de mercure (14 dans le langage courant) pour la pression artérielle systolique (maxima) et de 90 millimètres de Mercure (9 dans le langage courant) pour la pression artérielle diastolique (minima).

Cette définition est très générale car, comme mentionné dans un autre chapitre, la valeur de référence varie selon les situations.

Conseils de tous les jours :
Aspects nutritionnels et prévention de l'hypertension artérielle ou comment bien manger ?
Les graisses :

Le PNNS (Programme National Nutrition Santé) recommande de :

  • Diminuer la consommation d'acides gras saturés (AGS) présents dans le beurre, les fromages, les pâtisseries, le lard...
  • De privilégier les acides gras poly insaturés (AGPI) présents dans les poissons, les noix, le soja, les germes de blé, le maïs...
  • De conserver la consommation d'acides gras mono insaturés (AGMI) présents dans les olives, les noisettes, les avocats...
Les graisses alimentaires se composent entre autres d'acides gras (AG) qui agissent sur « les cholestérols » (le bon et le mauvais).

Sel ou pas sel :

Hypertendus ou pas, les français consomment trop de sel !
Le Ministère de la Santé a émis une série de mesures réglementaires à l'attention des industriels de l'agroalimentaire.

Objectif : réduire la consommation de sel de 20% sur 5 ans.

Comment faire ?

  • Réduire l'ajout de sel pendant la préparation de plats
  • Proscrire l'adjonction de sel systématique sur les plats à table
  • Diminuer la consommation de plats cuisinés industriellement, prêts à l'emploi, viandes et poissons fumés, charcuterie.

Une diminution d'au moins 50 mmol de sel par jour (soit environ 2,3 grammes) signifie une baisse de la pression artérielle susceptible de diminuer l'incidence des accidents vasculaires cérébraux et des accidents coronariens (selon les recommandations du groupe de travail de l'AFSSA « sel : valeur repère »).

De nombreux travaux ont mis en lumière les conséquences négatives d'une alimentation trop salée sur la tension artérielle. Une vaste étude prénommée Intersalt et concernant 10000 personnes a récemment confirmé les liens de causes à effet entre la consommation de sodium et l'élévation de la tension artérielle, tous âges confondus.

 La consommation régulière d'alcool élève la pression artérielle de façon dose-dépendante (augmentation proportionnelle à la dose). Il est donc recommandé de ne pas boire d'alcool en cas d'hypertension. La consommation de café à forte dose entraîne également une augmentation de la pression artérielle.
(Source : http://spiral.univ-lyon1.fr)

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Quran Explorer - Interactive Audio Recitations & Translations

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site