Le sinusite

La sinusite correspond à une inflammation d'une ou de plusieurs des quatre paires de cavités muqueuses, appelées sinus, qui communiquent avec les fosses nasales par de petites ouvertures. Cette inflammation est habituellement causée par une infection des sinus. Lorsqu'une infection virale ou bactérienne attaque le nez, les muqueuses s'enflamment et enflent, ce qui risque d'obstruer les sinus. Le mucus n'est alors plus drainé normalement et, dans ce milieu fermé, les microbes se multiplient librement.

La douleur et la sensation de pression au visage, bien connues des gens atteints de sinusite, proviennent de l’accumulation de mucus à l'intérieur du ou des sinus.

Note. Chaque sinus porte un nom différent en fonction de sa position : sinus maxillaire, frontal, sphénoïdal ou ethmoïdal. De même, selon le sinus infecté, on parlera de sinusite frontale, maxillaire gauche (si un seul côté est malade), etc.

Types de sinusite

Sinusite aiguë. Bien soignée, elle guérit en trois semaines ou moins et ne réapparaît pas plus de trois fois par an. Dans la plupart des cas, elle fait suite à une infection virale des voies respiratoires supérieures, le plus souvent d'un rhume. Au Canada, de 0,5 % à 2 % des personnes enrhumées contractent une sinusite.

Autres causes ou facteurs possibles :

  • un abcès dentaire;
  • des allergies;
  • la pollution atmosphérique;
  • des polypes nasaux;
  • une déviation de la paroi nasale.

Sinusite chronique. La sinusite devient chronique lorsqu’elle tend à se répéter souvent ou persiste au-delà de quatre semaines. Si la sinusite aiguë ne répond pas aux traitements habituels ou si elle n'est pas soignée, elle risque d'évoluer vers une sinusite chronique. En général, la chronicité s'installe après plusieurs poussées de sinusite aiguë, mais il arrive parfois qu'une sinusite aiguë initiale évolue tout de suite vers la chronicité.

Le plus souvent, la sinusite chronique s'explique par un ensemble de facteurs. Il peut s'agir d'allergies aux animaux familiers, aux acariens, au pollen, aux champignons ou à d'autres substances qui provoquent une enflure des parois nasales (voir la fiche Rhinite allergique).

Autres facteurs possibles :

  • le tabagisme actif ou passif;
  • un système immunitaire faible;
  • la fibrose kystique;
  • une anomalie anatomique : une forme anormale des petits canaux permettant aux sinus de communiquer avec les fosses nasales ou une déviation de la cloison nasale;
  • des polypes nasaux;
  • la natation;
  • l’usage de cocaïne par voie nasale;
  • un traumatisme facial provoquant l'obstruction d'un ou de plusieurs sinus.

Complications possibles

Dans de rares cas, l'infection peut se propager vers les yeux ou le cerveau, ce qui peut notamment causer les problèmes suivants :

Symptômes

  • Une douleur faciale (au-dessus des sourcils ou des dents du haut, autour des yeux et derrière ceux-ci).
  • Des sensations douloureuses de pression dans la zone des sinus.
  • Une congestion nasale.
  • Des sécrétions nasales jaunâtres ou verdâtres épaisses et purulentes, en cas d’infection bactérienne. Si les sécrétions sont claires, il s’agit plutôt d’un rhume (auquel cas les antibiotiques ne sont d’aucune utilité).
  • Une toux grasse, car les sécrétions ont tendance à descendre dans la gorge.
  • Une fièvre légère et un malaise général.
  • Une diminution ou une perte d’odorat.
  • Une mauvaise haleine.

Remarques

  • Les symptômes s’accentuent lorsque l’on penche la tête vers le bas.
  • En cas de sinusite chronique, les symptômes sont les mêmes que ceux de la sinusite aiguë, mais ils durent plus longtemps.

Personnes à risque

  • Les adultes. Même si elle apparaît parfois chez les nourrissons et les jeunes enfants, la sinusite est plus répandue chez l'adulte. Les sinus se forment progressivement jusqu’à l’âge de 12 ans.
  • Les personnes qui ont déjà eu une sinusite sont plus à risque d’en avoir d’autres, à moins qu’elles réduisent leurs facteurs de risque.
  • Les personnes qui souffrent d’allergies respiratoires (rhume des foins, asthme allergique).
  • Les personnes qui ont une anomalie congénitale du nez ou des sinus qui cause l'obstruction de ces derniers.
  • Les personnes qui ont des polypes nasaux ou des abcès dentaires.
  • Les personnes dont le système immunitaire est affaibli en raison, par exemple, d'une autre maladie.
  • Les personnes atteintes de fibrose kystique.

Facteurs de risque

  • Contracter une infection des voies respiratoires supérieures (principal facteur).
  • Vivre dans un milieu où l’air est humide ou pollué.
  • Fumer la cigarette ou être exposé à la fumée secondaire.
  • Vivre un stress important.

Prévention

Pourquoi prévenir?

  • La sinusite, qui dure généralement plus longtemps qu’un rhume, comporte son lot de symptômes désagréables.
  • Les personnes qui se savent à risque (dont celles qui ont déjà eu une sinusite) peuvent réduire leur risque de récidive.
  • Les mesures préventives aident à prévenir l’évolution vers une sinusite chronique.

 

Mesures pour prévenir les sinusites aiguë et chronique

Certaines mesures permettent de réduire, un tant soit peu, les risques de contracter la maladie une première fois ou de nouveau, ou encore d’avoir une sinusite chronique. Pour l'essentiel, il s'agit de :

  • Prévenir le rhume par les moyens habituels : bien se laver les mains, éviter les contacts étroits avec les personnes enrhumées. Voir aussi la fiche Rhume.
  • Prévenir les allergies en s'exposant le moins possible aux allergènes (animaux familiers, pollen, champignons) et aux polluants qui nous affectent habituellement.
  • Avoir un mode de vie équilibré en ce qui a trait au stress, à l’activité physique, à l’alimentation, etc. Voir la fiche Renforcer son système immunitaire.
  • Éviter de fumer ou de s'exposer à la fumée secondaire, car la fumée de tabac irrite les sinus.
  • Éviter d’utiliser des décongestionnants sous forme de vaporisateurs nasaux (Dristan®, Otrivin®) durant plus de trois jours, car ils entraînent une sinusite de rebond. Certaines personnes les trouvent irritants pour la muqueuse fragile du nez. Les décongestionnants pris par voie orale occasionnent moins de problèmes.

 

Mesures pour prévenir les complications

  • Consulter un médecin pour recevoir un diagnostic précis et prendre les mesures nécessaires pour traiter la sinusite permet généralement de prévenir les complications (méningite, ostéomyélite, etc.).
  • Surveiller les signes suivants, qui indiquent une complication :
    - une vision anormale (parfois, une vision double);
    - une enflure autour des yeux;
    - un changement dans l’état de conscience.
  • Ne pas insister auprès de son médecin pour recevoir les antibiotiques les plus puissants si ce n’est pas nécessaire. En choisissant le bon antibiotique, à spectre plus étroit (comme l’amoxicilline), on diminue le risque de colite infectieuse associée à la prise d’antibiotiques.

 

Traitements médicaux

En général, les soins maison décrits ci-après permettront de soulager les premiers symptômes de la sinusite aiguë et de rétablir le drainage normal des sinus.

S'il s'agit d'un cas plus grave, il faudra peut-être utiliser un médicament, voire la chirurgie. Dans certains cas, il peut être aussi nécessaire de soigner la cause sous-jacente.

Médication

Antibiotiques. C'est le principal traitement pour soulager les symptômes de la sinusite bactérienne, bien qu’il ne soit pas toujours utile. En effet, dans 75 % des cas, la sinusite se guérit sans traitement à l’intérieur d’un mois. La prise d’antibiotiques raccourcit légèrement la durée de la sinusite et en soulage les symptômes. Le traitement dure généralement de 7 à 10 jours. La prise d’un antibiotique à spectre étroit est préférable (amoxicilline), car cela réduit le risque que les bactéries deviennent résistantes aux antibiotiques. En cas de sinusite chronique, on propose parfois un traitement prolongé (jusqu'à 21 jours). Dans les cas graves de sinusite bactérienne, des antibiotiques seront administrés par voie intraveineuse à l'hôpital.

Note. Les antibiotiques ne sont d’aucune utilité lorsque les sécrétions nasales sont claires. Dans ce cas, il peut s’agir d’un rhume, de rhumes qui se succèdent ou encore d’une allergie.

Analgésiques. Des produits comme l'aspirine, l'ibuprofène ou le Tylénol® permettront de soulager les maux de tête et la douleur au visage.

Antihistaminiques. On ne les emploie que pour soulager les symptômes liés aux allergies. Sinon, il faut les éviter, car ils assèchent et épaississent les sécrétions nasales.

Décongestionnants. Éviter d’utiliser des décongestionnants sous forme de vaporisateurs nasaux (Dristan®, Otrivin®) durant plus de trois jours, car ils entraînent une sinusite de rebond. En outre, certaines personnes les trouvent irritants pour la muqueuse fragile du nez. Les décongestionnants pris par voie orale occasionnent moins de problèmes. À titre de décongestionnant, on peut aussi simplement utiliser une solution saline par inhalation (voir l’encadré ci-dessous).

Corticostéroïdes. Pour les personnes qui souffrent d'allergies, le médecin prescrira d'abord des corticostéroïdes en vaporisation nasale pour diminuer l'enflure. Si cela ne suffit pas, des corticostéroïdes oraux, comme la prednisone, sont parfois prescrits.

Chirurgie

Lorsque la sinusite chronique ne répond pas aux traitements courants, on recourt parfois à la chirurgie pour rétablir l'ouverture et drainer les sinus. On peut également s'en servir pour corriger des anomalies structurelles du nez ou enlever des polypes nasaux.

Soins maison

Favoriser l'évacuation des sécrétions nasales avec les moyens de base : se moucher, boire beaucoup d'eau, utiliser un humidificateur, inhaler de la vapeur ou encore une solution saline.

Inhalation de vapeur. En humidifiant le milieu nasal, la vapeur liquéfie les sécrétions nasales, ce qui permet de dégager les sinus et de soulager la pression. Pour profiter des bienfaits de la vapeur, il n'est pas nécessaire d'utiliser un appareil ou d'aller dans un sauna. Il suffit de respirer la vapeur d'un bol d'eau très chaude en se couvrant la tête d'une serviette pour garder la chaleur et l'humidité concentrée. On peut également inhaler l'air chaud et humide d'une douche ou d'un bain chaud. On peut aussi profiter des bienfaits des huiles essentielles d'eucalyptus et de menthe en les ajoutant à l’eau.

Remarque. La fréquentation des saunas publics pourrait causer la sinusite chronique dans la mesure où celle-ci résulte notamment d'une allergie aux moisissures. En effet, l'hygiène n'y est pas toujours impeccable2.

Inhalation d'eau salée. Ce moyen naturel permet de dégager les sinus en les rinçant avec de l'eau salée. Il existe en pharmacie des solutions salines déjà préparées (Salinex®, Hydrasense®). On peut aussi les faire soi-même. Voici comment procéder :

  • Laisser dissoudre 1/4 c. à café de sel dans 250 ml d'eau en utilisant un petit récipient muni d'un bec verseur.
  • Se placer la tête au-dessus d'un évier puis la tourner ensuite sur le côté.
  • Faire ensuite couler l'eau salée dans l’une des narines. Important : faire en sorte que le nez soit placé plus bas que la gorge pour éviter que l'eau salée ne pénètre à l'arrière de la gorge.
  • Répéter de l'autre côté.

Autres conseils
- Se reposer durant la phase aiguë.
- Boire plus pour ne pas se déshydrater (huit à dix verres par jour). Une consommation d'eau accrue permet aussi d'éclaircir les sécrétions et de les évacuer plus facilement.
- Éviter de s'exposer à des changements de température importants ainsi qu'à un air froid et sec.
- Maintenir un bon taux d'humidité, de 40 % à 50 % dans la maison, en particulier dans les chambres à coucher. Attention de ne pas dépasser 50 %, car le risque de moisissures (et d’allergies) augmente alors.
- Éviter de se pencher la tête vers le bas, car cela peut accroître la douleur.
- Ne pas nager sous l’eau, faire de la plongée sous-marine ou voyager en avion durant la phase aiguë.
- En cas de sinusite chronique, les mesures préventives permettront de prévenir l'exacerbation des symptômes.

L'opinion de notre médecin

Avant de choisir un traitement contre la sinusite, encore faut-il en avoir une! Le diagnostic n’est pas si facile à poser. En effet, la simple congestion des sinus peut donner les mêmes symptômes, fièvre en moins. Une raison de plus pour ne pas se tourner vers les antibiotiques à tout prix. D’ailleurs, la sinusite aiguë n’est plus considérée comme une infection nécessitant absolument des antibiotiques. Une approche sans antibiotique de 14 jours est tout à fait raisonnable. Dans tous les cas, il faut modifier les facteurs nuisibles dans l’environnement, traiter les causes qui nous rendent plus fragiles et renforcer nos systèmes immunitaire et respiratoire.

La sinusite chronique ne devrait aboutir à la chirurgie qu’en dernier recours.

4 votes. Moyenne 3.25 sur 5.

Quran Explorer - Interactive Audio Recitations & Translations

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site