MST

Maladies ou Infections Sexuellement Transmissibles : MST ou IST
  

D’une manière générale, on parle de maladies ou d’infections sexuellement transmissibles lorsque ces maladies ou infections peuvent se transmettre durant le rapport sexuel (rapport vaginal, anal ou bucco-génital), même si, en réalité, nombre d’entre elles ne se transmettent pas exclusivement par voie génitale. En effet, le virus du sida ou celui de l’hépatite B ou C, par exemple, peut se transmettre aussi par voie sanguine. D’autres maladies ou infections peuvent se transmettre de la mère à l’enfant durant la grossesse. Enfin, il existe d’autres modes de contaminations moins fréquents tels que la salive, le contact bucco-génital, les objets ou linges de toilette souillés, la piscine, le sauna, etc.…

A noter que la plupart des MST ou IST se soignent facilement mais, si elles restent non traitées, elles peuvent alors entraîner de graves complications.
  

 
  
Comment savoir si on est atteint d'une MST ou IST ?
 

Si vous êtes un homme et que vous avez les symptômes suivants :

- Un écoulement au bout du pénis

- Des picotements ou brûlures en urinant

- Des douleurs lors de l’éjaculation

- Des douleurs dans les testicules

- Des rougeurs sur le pénis

 

Alors il se peut que vous soyez infecté par une MST ou IST. Mais, rassurez-vous tous ces signes ne sont pas les seuls témoins d’une MST ou IST. Si ces symptômes persistent alors le mieux étant d’aller consulter votre médecin traitant qui vous confirmera ou non, après examens, si vous avez une MST ou pas.

 

Si vous êtes une femme et que vous avez les symptômes suivants :

- Des pertes blanches importantes et inhabituelles

- Des douleurs dans le bas-ventre

- Des douleurs lors des rapports sexuels qui n’existaient pas avant

- Des brûlures, démangeaisons ou picotement de la vulve

- Des rougeurs anormales ou gonflements anormaux au niveau de la vulve

- Des saignements en dehors des règles

- Des brûlures en urinant

 

Alors peut-être que vous souffrez d’une MST ou IST. Ces symptômes n’étant, bien sûr, pas exclusifs aux Maladies sexuellement transmissibles. Cependant, s’ils persistent, il est important d’aller consulter un médecin pour savoir exactement ce qu’il en est.

 

A noter que ces listes, aussi bien celle pour la femme que celle pour l’homme, ne sont pas exhaustives, elles ne reprennent que les symptômes les plus courants. D’une manière générale, tous symptômes persistants et inhabituels doivent conduire à une consultation médicale.

 
 
Classification des différentes MST ou IST
 

Il existe différents types de MST ou IST. Certaines peuvent être d’origine bactérienne, elles se traitent alors par des antibiotiques, ou bien d’origine virale et le traitement est dans ce cas plus difficile. Il existe également certaines maladies ou infections qui ne sont pas d’origine bactérienne ni virale tel que mycoses, morpions, trichomonas, etc.…

Blennorragie gonococcique : Encore appelé "chaude-pisse", elle se manifeste par des brûlures et/ou écoulement jaune par le pénis, le vagin ou l’anus avec possibilité de fièvre et de douleur dans le bas-ventre. L’apparition des signes est généralement de 2 à 7 jours après la contamination. Le diagnostic se fait par prélèvement local et le traitement se fait par antibiotique. Il est important de traiter rapidement une blennorragie car cette maladie peut entraîner des complications graves si elle n’est pas traitée, telles que stérilité surtout chez la femme ou transmission de la maladie au nouveau-né si la mère est infectée.

Chlamydia : La transmission de cette maladie est presque exclusivement sexuelle et engendre une infection des trompes chez la femme et une infection de l’épididyme chez l’homme qui peut être responsable de stérilité aussi chez la femme que chez l’homme si elle n’est pas traitée. Cette maladie est aussi appelé MST cachée car elle ne se manifeste le plus souvent par aucun signe au départ et c’est seulement après 1 à 2 semaines après le rapport à risque que des signes d’infections apparaissent tels que brûlures, écoulement par la verge, l’anus ou le vagin avec possibilité de fièvre, douleurs dans le bas-ventre, démangeaisons, etc.. Le traitement pour l’infection à chlamydiae est un traitement antibiotique qui se prend en une seule fois.

Condylomes : La transmission de cette maladie est presque exclusivement sexuelle et est due à des virus appelés papillomavirus. Cette infection aux condylomes est responsable de la plupart des lésions précancéreuses du col de l’utérus, c’est pourquoi il est très important de la soigner rapidement. Souvent inapparents, les condylomes se présentent comme des petites verrues sur les organes génitaux ou l’anus. Le dépistage de cette maladie se fait par un examen médical tel que le frottis chez la femme. Son traitement se fait par crèmes virucides pour les condylomes externes et par laser pour les condylomes du vagin ou du col de l’utérus. Enfin, à noter que depuis quelques mois, un vaccin préventif contre les condylomes existe pour les jeunes filles qui n’ont pas encore eu de rapport sexuel.

 

Hépatite B et C: L’hépatite est une inflammation aiguë ou chronique du foie due à un virus qui se transmet par le sang mais aussi par le sperme et les sécrétions vaginales. Elle se transmet également de la mère à l’enfant si celle-ci est infectée. Une personne peut être atteinte d’une hépatite sans le savoir, seul un examen sanguin pourra révéler la présence ou non du virus. Un des principaux symptômes de l’hépatite est la jaunisse qui se manifeste par une coloration jaunâtre du blanc de l’œil et des tissus cutanés accompagné de fatigue et de fièvre. Dans les formes les plus grave d’hépatite (hépatite B), celle-ci peut provoque des cirrhoses ou des cancers du foie. A noter cependant qu’environ 80% des personnes qui contractent une hépatite B à l’âge adulte en guérissent spontanément.

 

Herpès : L’herpès génital est une maladie très répandue et nombre de malades ignorent qu’ils sont porteurs du virus ! Chez l’homme, l’herpès génital peut se traduire par des petits boutons sur le pénis, au bord du prépuce, près du gland ou de l’anus. Chez la femme, les poussées d’herpès peuvent se manifester à proximité ou à l’intérieur du vagin, des lèvres ou du rectum. Le diagnostic de l’herpès génital se fait par examen médical, prise de sang ou prélèvement local. A noter que l’infection herpétique est le plus souvent récidivante.

 

Mycoplasme : L’infection à mycoplasmes, dont la transmission est aussi bien sexuelle que non sexuelle, est une infection banale des organes génitaux qui peut se traduire par des écoulements par le pénis, l’anus ou le vagin, des brûlures et des démangeaisons. Les premiers signes de la maladie apparaissent en général après une semaine après la contamination. Un prélèvement local est nécessaire pour diagnostique des mycoplasmes qui se traitent avec des antibiotiques.

 

Morpions : Les morpions sont des parasites qui se fixent sur les poils pubiens. Ils se transmettent lors de contact intime avec une personne infectée mais également par les draps, le linge, les serviettes de toilette ou le sac de couchage. Ces parasites sucent le sang de leur hôte pour se nourrir, provoquant ainsi des démangeaisons. Cette infection peut facilement se traiter à l’aide de crèmes, lotions, shampoings, poudres ou sprays insecticides.

 

Mycoses : Les mycoses sont dues à de minuscules champignons et ne sont pas toujours considérés comme des MST. En effet, cette infection peut apparaître après la prise d’antibiotique, dans ce cas elle ne sera pas considérée comme une MST, en revanche, si les mycoses sont transmises au cours d’un rapport sexuel alors on parlera de MST et le couple concerné sera traité en même temps. Les mycoses se traduisent par des rougeurs, des points blancs et des irritations au niveau du gland décalotté chez l’homme et au niveau de la vulve et/ou du vagin chez la femme. Le traitement de mycoses chez l’homme se fait par application locale de crème antimycosique et chez la femme par la prise d’un ovule antimycosique.

 

Sida : Le sida, dont le nom signifie Syndrome de l’ImmunoDéficience Acquise, est une maladie infectieuse causée par le Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH) qui provoque la dégénérescence du système immunitaire. La transmission du sida peut se faire par voie sexuelle, voie sanguine et de la mère à l’enfant si celle-ci est infectée. Les traitements actuels permettent dans la majorité des cas de retarder considérablement l’entrée dans la maladie, malheureusement ils ne permettent pas d’éliminer le virus de l’organisme. Pour en savoir plus sur le sida : pratiques à risques, moyens de contamination et de prévention, etc...

 

Syphilis : La syphilis est une maladie infectieuse dont la transmission est presque exclusivement sexuelle. Au début de la contamination, cette maladie se manifeste par un petit bouton ou une plaie sur le sexe. Si la maladie n’est pas traitée elle peut atteindre le cerveau, les nerfs, le cœur, les artères et les yeux. Le diagnostic de la syphilis se fait par prise de sang et se soigne, aujourd’hui, rapidement grâce à des antibiotiques.

 

Trichomonas : Cette infection aux trichomonas est relativement fréquente chez l’homme et la femme. Elle se transmet par contact sexuel mais aussi sur la cuvette des WC, au contact d’une serviette humide et souillée. Cette infection provoque parfois chez l’homme des brûlures, des démangeaisons et écoulement de pus. Chez la femme, la maladie se signale par des pertes vaginales inhabituelles et malodorantes, des brûlures et démangeaisons, une vulve rouge et irritée. Le trichomonas se transmet très facilement lors des rapports sexuels. Ce n’est pas une infection grave mais elle doit être traitée pour éviter des complications.

 
 
Comment éviter les MST ou IST ?
 

La prévention des MST ou IST passe essentiellement par le préservatif qui reste, de nos jours, le seul et unique moyen fiable de se prémunir contre tous types d’infections sexuellement transmissibles.

 

D’autre part, n’oubliez pas que certaines MST (herpès en particulier) peuvent aussi se transmettre par contact bucco-génital, aussi, là encore, il est important de se protéger correctement. Le préservatif est de rigueur pour la fellation et la digue dentaire (ou préservatif coupé en deux) pour le cunnilingus.

 

Enfin, sachez qu’il est indispensable lorsqu’un jeune couple se forme que les deux partenaires fassent des examens sanguins avant tout abandon du préservatif afin de s’assurer de leur bon état de santé sexuelle.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Quran Explorer - Interactive Audio Recitations & Translations

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site