Comment apprendre ses léçons

Comment retenir ce que vous lisez ?

 

Il existe deux manière de "lire" : la lecture passive, et la lecture active.

La lecture passive consiste à lire dans le but de se distraire ou de passer le temps, souvent en pensant à autre chose et en laissant son esprit divergé. En procédant ainsi, il ne faut pas espérer retenir plus de 10% de ce que vous avez lu.

Si vous voulez retenir ce que vous lisez, vous devez procéder à une lecture active, que nous allons décrire maintenant.

La première chose à faire est d'être bien tranquille pour lire. Sinon votre attention sera distraite. Lisez donc avec attention, en vous concentrant essentiellement sur votre lecture, et avec l'intention de la retenir, c'est le premier point.

Ensuite ayez un crayon à la main et marquez les paragraphes importants, les idées-clés, les notions dont vous voulez vous souvenir.

Votre lecture terminée, revoyez tous les paragraphes et morceaux marqués au crayon ; fermez votre livre et essayez de les reconstituer.

S'il s'agit d'un ouvrage assez long, revoyez chaque jour les paragraphes marqués la veille puis faites une révision hebdomadaire. S'il vous faut retenir un certain nombre d'idées de façon précise et ordonnée, vous pouvez utiliser les tables de rappel ou la méthode des localités dont nous parlerons plus loin.

Comment retenir ce que vous devez étudier ?

Lorsqu'il s'agit d'étudier systématiquement, procédez comme ceci :

1. Assurez-vous que vous comprenez bien tout. Ne passez pas à un autre paragraphe avant d'avoir parfaitement compris le sens du précédent.

2. Ayez l'intention de retenir ce que vous devez étudier. C'est toujours le même principe. Il faut d'abord vouloir réellement pour pouvoir.

3. Intéressez-vous à ce que vous devez étudier. Ne vous contentez pas de lire. Réfléchissez à ce que peut vous apporter cette étude. Pensez aux applications pratiques que vous pouvez en tirer. Motivez-vous.

4. N'apprenez pas trop à la fois. Il est inutile de faire un gros effort pour apprendre beaucoup et en une seule fois. Si vous vous fatiguez, l'assimilation diminue. C'est donc du gaspillage d'énergie. Au contraire en étudiant peu à la fois, vous apprendrez sans effort. Si vous devez apprendre 120 vers, faites 4 séances d'étude de 30 vers, chacune durant 20 minutes par exemple et non pas une séance de 2 heures pour tout apprendre. Mais pour cela, pensez à planifier vos périodes de travail.

5. Ne décomposez pas trop ce que vous apprenez. Ceci n'est pas en opposition avec le paragraphe précédent. Nous voulons dire que si vous avez 30 vers à apprendre, il ne faut pas les apprendre par 2 à la fois, mais en 3 groupes de 10 par exemple. Sinon vous perdrez la vue d'ensemble et vous aurez plus tard du mal à retrouver l'enchaînement entre les vers.

6. Étudiez à heures fixes. En étudiant chaque jour à heures fixes votre esprit s'habitue à enregistrer à cette heure là. Cela devient pour votre cerveau un réflexe conditionné. Vous apprendrez plus vite avec moins d'effort. Le soir avant de s'endormir, est un excellent moment pour l'étude. De même le matin au réveil.

7. Révisez souvent. Répétez souvent ce que vous avez appris. Revoyez trois, quatre, cinq fois les mêmes choses. Il faut réviser dès que possible ce que vous avez appris. C'est dans les 24 heures qui suivent votre étude que vous oubliez le plus. Ne laissez pas passer plus de 24 heures avant de réviser. Mais ne révisez pas avant 5 ou 6 heures (Loi de Jost). Recherchez votre rythme personnel optimum.

Pour mieux apprendre un texte difficile

Pour retenir le sens d'un texte qui vous semble difficile essayez la méthode suivante : lisez attentivement chaque phrase et réécrivez-la à votre façon, dans votre style, d'une manière plus simple même si elle est plus "délayée".

Lorsque vous relirez votre propre prose, vous serez étonné de constater comme le sujet vous est devenu familier et plus facile à assimiler.

Cette méthode est à conseiller aux parents qui veulent aider leurs enfants à mieux comprendre un poème difficile (même si les jeunes enfants retiennent très facilement des choses qu'ils ne comprennent pas). En faisant réécrire à l'enfant, en prose simple, une poésie difficile il tirera un meilleur profit de sa mémorisation "par cœur".

Pour plus d'informations sur le processus optimum à mettre en œuvre pour étudier efficacement, vous pouvez consulter aussi la leçon sur l'enfichage, le cours sur le processus normal de mémorisation, ou la page Comment "tricher" aux examens. Ne négligez pas non plus l'hygiène de votre cerveau.

Exercice n°5

Prenez un livre instructif ou un article de revue de caractère documentaire. Lisez pendant 10 minutes ou un quart d'heure, crayon en main, en procédant comme il a été indiqué au début de la leçon. Votre lecture terminée, révisez les passages marqués.

Vous constaterez alors combien cette lecture vous laisse une impression bien plus durable que beaucoup de lectures faites auparavant.

Exercice n°6

Essayez de vous souvenir du nom d'au moins six de vos camarades d'enfance que vous fréquentiez lorsque vous aviez entre 5 et 10 ans.

Comment apprendre les langues étrangères ?

Si vous voulez parler une langue il faut arriver à "penser" dans cette langue, ce qui signifie que vos pensées doivent s'exprimer directement à l'aide des mots étrangers sans passer par une traduction systématique du français à la langue étrangère.

Cela parait très difficile au premier abord, et pourtant on y arrive en suivant la méthode que nous vous indiquons.

Pour arriver à penser dans la langue il faut d'une part disposer d'un vocabulaire de base suffisant, d'autre part savoir agencer les mots en phrases de façon automatique.

Dans les deux cas il s'agit bien sûr d'une question de mémoire, mais d'une question de mémoire mécanique. Si votre mémoire devient raisonnée, logique, vous perdez toute la spontanéité nécessaire pour parler une langue.

C'est pourquoi il ne faut pas essayer de retenir un mot anglais, par exemple, comme la traduction d'un mot français. Il faut au contraire, associer le mot anglais directement à la notion correspondante ou à l'objet correspondant. Ceci veut dire qu'il ne faut pas apprendre en répétant bread-pain ; bread-pain ; pain-bread ; pain-bread ; etc. mais se représenter visuellement du pain et répéter bread, bread, bread.

De la sorte vous associez directement la notion de pain au mot correspondant bread.

Cela n'est qu'un premier progrès. En étudiant de la sorte vous allez vous constituer un vocabulaire, mais vous n'allez pas savoir vous en servir. or, pour parler anglais, il ne suffit pas de juxtaposer des mots anglais les uns derrière les autres ; il faut les agencer sous forme de phrases, conformément à la manière britannique. Cet agencement des phrases, c'est la syntaxe qui nous l'enseigne.

Mais si nous apprenons les règles et si nous avons à réfléchir à l'application de ces règles en parlant, nous allons là encore perdre toute spontanéité.

L'application des règles de syntaxe et de grammaire doit se faire mécaniquement, sans effort de réflexion. Pour y parvenir, il n'y a guère qu'un moyen c'est de connaître de mémoire plusieurs phrases modèles mettant en application la règle en question.

Si vous connaissez les phrases suivantes en anglais

"J'aurais pu le rencontrer si ...

"Nous aurions pu déjeuner avec lui si ...

Vous n'aurez aucune difficulté à construire toutes les phrases du même type. Cela vaut infiniment mieux que de commencer à vous demander quelles règles il faut appliquer pour traduire le conditionnel passé du verbe pouvoir, compte tenu du fait que ce verbe pouvoir n'a que deux temps en anglais : le présent et le passé.

Il faut donc emmagasiner toutes les règles de grammaire, sous forme d'exemples concrets. Pour les étudiants qui doivent passer un examen nous ne pouvons pas donner de meilleur conseil que celui-ci :

Apprenez par cœur tous les exemples qui sont donnés dans votre grammaire ; faites-en une liste et révisez sans cesse cette liste jusqu'à ce que vous la possédiez parfaitement.

Maintenant que nous avons vu la façon dont il faut apprendre la syntaxe, revenons à l'étude du vocabulaire. La meilleure façon d'apprendre un mot, c'est de l'apprendre dans une phrase. Au lieu de posséder un outil, vous posséderez en même temps une utilisation de cet outil. Au lieu d'apprendre le mot "bread", apprenez plutôt à faire de courtes phrases telles que "here, we eat much bread" (= ici nous mangeons beaucoup de pain). Répétez la phrase en anglais plusieurs fois en en comprenant la signification, mais sans regarder le texte français.

Pour retenir le vocabulaire étranger, on peut quelquefois établir une liaison avec un autre mot français ayant la même consonance que le mot étranger ou facile à associer au mot français :

Exemples pour l'anglais

1. Voiture - char - car

2. Voleur - roublard - robber

3. Sac - bagage - bag

4. Verre - glace - glass

5. Plume - penne - pen

6. Timbre - estampiller - stamp

7. Livre - bouquin - book

8. Prise, poignée - agripper - grip

9. Rusé - canaille - canny

10. Deviner - qu'est-ce ? - to guess

11. Déluge, inondation - flot - flood

12. Eclat, lueur éblouissante - éclair - glare

13. Coup d'œil - lancer un coup d'œil - glance  

14. Diriger - manier - to manage

15. Espèces - encaisser - cash

16. Pièce - poche - patch

17. Légende (d'un dessin) - captivant - caption

18. Moudre - grain - to grind

19. Colporter - pédaler - to peddle

20. Tapis - pas rugueux - rug

A notre avis, cette méthode n'est pas à généraliser sauf lorsqu'elle repose sur une étymologie commune entre le mot anglais et le mot jalon, (comme les exemples 1 et 5 ci-dessus). Mais elle peut, de toute façon, être efficace lorsqu'on bute à diverses reprises sur un même mot ; c'est surtout pour cela qu'il faut connaître cette méthode.

Il résulte de tout ceci que pour apprendre une langue, il faut répéter des phrases dans la langue, jusqu'à ce que ces phrases pénètrent bien dans votre esprit et s'y gravent.

Lisez le texte dans la langue étrangère ; regardez la traduction pour en connaître le sens puis répétez, répétez, répétez la phrase étrangère.

Répétez à haute voix pour habituer votre langue à la prononciation et pour mettre en jeu en même temps votre mémoire auditive.

En cela, les méthodes de langues comportant des cassettes sont remarquablement efficaces. En dehors de vos heures d'étude, vous pouvez écouter la cassette tout en étant occupé à autre chose, simplement pour aider l'enregistrement mécanique des phrases par votre mémoire. La méthode Réflexe-Orale avec cassettes ou disques permet d'étudier seul avec beaucoup de succès elle est basée sur les principes que nous venons d'énoncer.

Si vous n'avez pas de cassettes, vous pouvez très bien vous en confectionner un jeu, en enregistrant vous-même vos phrases modèles en anglais. Pensez aussi que votre ordinateur, équipé d'une carte son, est un outil formidable pour apprendre l'anglais : vous pouvez y enregistrer des dizaines de phrases, les réécouter dans un ordre quelconques, échanger facilement vos phrases modèles avec vos amis qui veulent eux aussi apprendre l'anglais, etc. Voila enfin une utilité pratique de votre carte son, autre que de faire des bruitages dans un jeu ou au démarrage de l'ordinateur !

Encore quelques conseils qui vous aideront à apprendre les langues :

  •  
    • Étudiez un peu chaque jour,
    • Pendant les premiers mois, n'essayez pas de parler lisez beaucoup à haute voix ; laissez les tournures s'imprimer dans votre esprit et un jour, tout naturellement les phrases se formeront et vous parlerez.
    • Révisez souvent les mêmes textes.

En résumé, souvenez-vous que l'étude d'une langue doit se faire surtout par enregistrement mécanique, pour créer des associations mécaniques et restituer naturellement plus tard les phrases dont vous aurez besoin.

Souvenez-vous de vos vacances. Imaginons qu'un vacancier a quitté Paris en voiture pour se rendre en vacances près de Marseille. Sur l'autoroute il a parcouru des centaines de kilomètres et vu des centaines de paysages, des milliers de voitures. Est-il capable de se rappeler de tous ces paysages et de toutes ces voitures ? Bien sur que non ; car notre cerveau n'ayant des capacités limités n'a retenu que quelques images. Le restaurant où on a mangé, le bord d'autoroute où on a du changer la roue crevée, l'embouteillage à Lyon, le froid du petit matin, les parfums de la Provence , etc... Nous nous souvenons des moments agréables, des imprévus, de ce qui nous a étonné, des rencontres. Chacun de ces moments est en fait devenu pour notre mémoire une borne à partir de laquelle nous allons retrouver d'autres souvenirs.

Nous pouvons donc imaginer le dialogue suivant entre le vacancier et son amie qui racontent leur voyage à leurs hôtes de vacances .

Lui Tu te souviens de la panne avant Lyon ?
Elle Très bien et toi tu te souviens du camion rouge du dépanneur qui a failli rater la sortie d'autoroute.
Lui Oui et manifestement le dépanneur avait bu l'apéritif avant de venir.
Elle Heureusement son garage était près de la sortie et il avait la pièce pour réparer.
Lui Finalement on n'a perdu qu'une heure. Mais qu'est-ce qu'il faisait chaud quand on est reparti.

Toutes sortes de détails vont réapparaître.

L'événement la panne est devenu une borne autour de laquelle d'autres informations sont liées. Les détails qui reviennent à la mémoire des deux personnages montrent qu'un souvenir est une construction du cerveau et que chacun retient de manière différente. Chaque personnage de notre exemple apporte des informations complémentaires de l'autre.

Mémoriser c'est donc créer des bornes dans notre mémoire c'est classer. Ces bornes ce sont de notions, des définitions, des mots clés. Ce sont elles qu'il faut savoir par coeur. C'est autour d'elles qu'il faut ranger vos connaissances pour pouvoir les reconstituer. Notre mémoire n'aime pas le désordre. Sans bornes nous ne retenons rien. Accumuler les détails sans créer ces bornes sature notre cerveau qui n'a pas d'autre solution que d'effacer des informations pour en mémoriser des nouvelles.

Mémoriser c'est retenir des informations qui vont nous être utiles dans un objectif précis. Notre cerveau ne garde en mémoire longue que ce dont nous avons besoin. Les vacanciers ont retenu des souvenirs pour pouvoir raconter leur voyage à leurs amis. Plusieurs mois après leurs vacances alors qu'ils auront raconté leur voyage à leurs amis auront-ils besoin de garder ce souvenir en mémoire. Non alors le souvenir va s'effacer petit à petit.

Pour que des connaissances soient durablement mémorisées il faut les réutiliser il faut les entretenir.

Le souvenir sera rafraîchi le jour où ils reprendront la même route et quand ils repasseront à l'endroit de leur panne.

Mémoriser c'est simplifier . Notre cerveau n'aime pas être saturé. Il faut donc lui rendre agréable les informations compliquées en les simplifiant. En faisant des schémas.

Mémoriser c'est associer les nouvelles connaissances à des anciennes. On mémorise plus facilement si on a déjà quelques connaissances, si ce qu'on apprend ressemble à quelque chose de déjà connu. Nos deux vacanciers se souviendront plus facilement de leur panne si en plus le garagiste était un ancien camarade de lycée du conducteur. Mais attention il faut éviter les confusions; Ce qui se ressemble n'est jamais totalement identique.

Mémoriser c'est associer les connaissances à des souvenirs agréables. En Géographie, un cours sur la Montagne pourra être associé à des souvenirs de promenades faites en vacances ou encore à des souvenirs de classes de neige. Il faut entretenir votre motivation en trouvant un intérêt.

Mémoriser c'est voir et entendre. Nous ne mémorisons pas tous de la même façon. Certains mémorisent plus facilement en parlant à voix haute d'autres en faisant des dessins, d'autres mémorisent facilement des deux manières. Mais en nous entraînant nous pouvons améliorer notre mode de mémorisation le moins performant.

COMMENT APPRENDRE SES LEÇONS

I/ Je fais le plan de la leçon

  • 1 J'écris sur une feuille blanche le titre du chapitre et le titre de chacune des parties.
  • 2  Je lis en silence plusieurs fois si nécessaire l'ensemble de la leçon
  • 3  Je souligne les dates, les noms et les chiffres importants. Je recherche puis j'apprends les définitions des mots que je ne connais pas
  • 4  J'encadre les conclusions

   Si j'apprends plus facilement en regardant, je regarde avec attention les mots et les chiffres à apprendre
   Si j'apprends plus facilement en entendant je lis à voix haute en les répétant plusieurs fois les informations que je veux mémoriser

II/ Je vérifie mes connaissances

  • 1 De mémoire j'essaye de reconstituer le plan de la leçon sans m'aider du cahier ou de la feuille que j'ai écrite.
  • 2 Je me pose des questions Quels sont les événements importants ? Quand ont ils eu lieu ? Quels sont les personnages cités dans la leçon ? Pourquoi sont ils importants ? Quels sont les chiffres importants à retenir ?
  • Je note tout ce que je sais sur une feuille puis en comparant avec le cours je relève ce que j'ai oublié pour pouvoir le réapprendre ensuite

III/ J'entretiens mes connaissances

  • 1 En feuilletant régulièrement mon livre et mon cahier
  • 2 En apprenant les titres des différents chapitres
  • 3 En relisant les plans des différentes leçons et en cherchant à les reconstituer de mémoire

IV. Qu’est-ce que la mémorisation?

  • Pour améliorer votre mémoire, il est utile de comprendre son fonctionnement.

    Le cerveau travaille sans arrêt à percevoir, trier et conserver l’information. La mémoire est donc continuellement sollicitée et appelée à traiter une masse d’information. 



    Cliquez pour agrandir


    Toute l’information reçue est d’abord traitée dans la mémoire à court terme. Pour la conserver, il faut qu’elle passe dans la mémoire à long terme. Cette conservation exige un certain effort de votre part, entre autres :

    • Bien comprendre l’information.
    • Rattacher l’information nouvelle aux connaissances déjà assimilées.
    • Absorber l’information à travers vos sens (p. ex., lire à haute voix pour assimiler par la vue et l’ouïe).
    • Vous servir de l’information ainsi retenue.  

    Écrire, associer et visualiser : voilà trois façons de manipuler l’information pour la conserver dans la mémoire à long terme. Par exemple, vous vous souviendrez plus facilement du nom d’un auteur si : 

    • Vous écrivez son nom.
    • Vous associez l’auteur à un courant, une école ou un style littéraire.
    • Vous voyez son nom dans vos lectures et le visualisez.

    2. Quelques conseils pour enrichir votre mémoire

    Connais-toi toi-même!

    Les sens que vous utilisez le mieux vous aident à conserver en mémoire l’information nécessaire. Ainsi, la plupart des gens sont des apprenants visuels ou auditifs, mais certaines personnes apprennent mieux par le geste ou le toucher, c’est la méthode kinesthésique.  

    Quel genre d’apprenant êtes-vous?

    Les apprenants visuels apprennent mieux en visualisant les mots et en utilisant des images.
    Les apprenants auditifs apprennent mieux en écoutant et en faisant des associations de sons. 
    Les apprenants kinesthésiques apprennent mieux par le toucher et l’expérience pratique. 

    Une mémoire vive dans un corps sain

    • Allez prendre l’air et jouer dehors! Votre cerveau vous en remerciera.
    • Dormez bien et faites de l’exercice. Vous aurez les idées claires et votre stress diminuera.
    • Évitez le tabac et l’alcool. La nicotine nuit à la mémoire et l’alcool empêche l’intégration des connaissances. 
    • Mangez sainement. Rappelez-vous : les vitamines, les minéraux et les protéines font partie d’un régime alimentaire équilibré.
    • Établissez un horaire de travail régulier. Vous éviterez ainsi le surmenage en fin de session.
    • Renseignez-vous sur les effets des médicaments que vous prenez. Ils agissent peut-être sur la mémoire.

    3. Utiliser efficacement votre mémoire à court terme
    Votre mémoire à court terme, aussi appelée mémoire de travail, transfère l’information à la mémoire à long terme pour la conserver. L’information ainsi traitée peut être réutilisée selon vos besoins. La mémoire à court terme peut contenir une petite quantité d’information pendant une courte durée. Il faut donc à tout prix éviter la passivité mentale.

    La passivité mentalese manifeste lorsque vous n’êtes obligé de faire aucun effort pour comprendre, intégrer et utiliser l’information donnée en classe. Malheureusement, c’est ce que vous vivez souvent dans les cours où il y a peu d’interaction entre étudiants et professeur. 

    Une bonne situation d’apprentissage aide à assimiler l’information que vous devez retenir et ainsi à réfléchir plus efficacement et à organiser, appliquer et reformuler l’information reçue en classe.  

    Ce que vous pouvez faire :

    • Écoutez avec attention.
      • Révisez et répétez intérieurement les explications du professeur. 
      • Associez ce que dit le professeur à ce que vous savez déjà.
      • Reprenez les mots-clés du professeur.
      • Prenez des notes de manière à pouvoir les relire facilement.
    • Déterminez l’information que vous voulez mémoriser.
      • Repérez les idées principales et ne les perdez pas de vue!
      • Surlignez ou soulignez toute l’information importante.
      • Écrivez des mots-clés dans la marge.
      • Rédigez un court résumé dans vos propres mots.
      • Préparez vos propres tableaux, graphiques et diagrammes.
    • Pour vous préparer aux examens, regroupez l’information en différentes parties.
      • Créez un sommaire pour réduire le nombre de pages de notes à étudier. 
      • Utilisez des supports visuels tels que tableaux, graphiques et diagrammes.
    • Utilisez des techniques de mémorisation appropriées.
      • Pour retenir des concepts abstraits, servez-vous d’exemples concrets et personnels.
      • Pour retenir une liste de dates, répétez-les en ordre et en désordre.
      • Pour comprendre un long texte, rédigez un sommaire dans vos propres mots.
      • Personnalisez les connaissances en les associant à des situations réelles.
      • Formulez vos propres questions. 
    • Allez du général au particulier. 
      • Faites un survol de l’information avant de vous attaquer aux détails. 
      • Concentrez-vous sur l’essence de la matière à apprendre en retenant les idées principales et en faisant des liens entre elles. 
    • Utilisez plusieurs de vos sens.
      • Lisez à voix haute : lisez les éléments clés d’un texte et parlez-en à quelqu’un.
      • Lisez et écrivez : rédigez un sommaire ou préparez un tableau.
      • Lisez et expérimentez : mettez en pratique certains aspects.
    • Visualisez l’information.
      • Créez des images et des associations mentales qui sont pertinentes pour vous.
      • Imaginez-vous en train d’accomplir une tâche et visualisez le contexte pour qu’il devienne aussi précis que possible. 
    • Utilisez des moyens mnémotechniques (associations mentales).
      • Servez-vous de différentes couleurs dans vos notes.
      • Créez vos propres acronymes ou acrostiches.
      • Chantez l’information sur un air connu.  

    La meilleure façon d’utiliser efficacement votre mémoire à court terme, c’est de la faire travailler. Profitez de vos tâches quotidiennes pour exercer votre cerveau : mémorisez votre liste d’épicerie ou les numéros de téléphone de vos amis. Ayez confiance dans vos aptitudes! 

    Votre mémoire à court terme est capable d’emmagasiner de 5 à 9 éléments pendant une courte période. Pour conserver l’information plus longtemps, vous avez besoin de votre mémoire à long terme.


    4. Mieux exploiter votre mémoire à long terme
    Pour réussir le transfert d’information de votre mémoire à court terme à votre mémoire à long terme, vous devez : 

    • Bien vous concentrer.
    • Prendre de bonnes notes durant les cours.
    • Réviser vos notes après les cours.
    • Relire vos notes régulièrement durant la session.
    Vous servir le plus possible de l’information mémorisée.

11 votes. Moyenne 4.09 sur 5.

Quran Explorer - Interactive Audio Recitations & Translations

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site